Réactions au Rapport de la Banque mondiale

Publié le 10.09.2010

Réactions du CCFD-Terre solidaire, de Peuples solidaires en association avec ActionAid et d’Oxfam France au Rapport de la Banque mondiale


“Avec ce rapport, la Banque mondiale montre qu’elle a pris conscience de l’ampleur du phénomène d’accaparement des terres. Elle souligne à juste titre les nombreux impacts négatifs qu’ont ces accaparements sur les populations des pays du Sud, en l’absence de cadres réglementaires qui garantissent leurs droits. Mais, dans ses recommandations, elle continue d’encourager ces accaparements sans proposer de véritables cadres légaux au niveau national et international, seuls à même de brider les appétits des investisseurs et de garantir le droit de tous, en particulier des femmes, à la nourriture et à la terre”, Antoine Bouhey, Peuples solidaires en association avec ActionAid.

‘‘La Banque mondiale fait l’impasse dans son rapport sur les questions commerciales, alors même que les accaparements de terre sont favorisés par les traités commerciaux. Les traités commerciaux font primer les droits des investisseurs sur ceux des Etats ou des populations rurales. Or, le Centre International de Règlement des Différents liés aux Investissements (CIRDI), instance d’arbitrage indépendante dans les litiges entre gouvernements et investisseurs privés, favorise régulièrement les investisseurs privés en imposant des amendes colossales – plusieurs dizaines de millions d’Euros – aux Etats lorsqu’ils tentent de réguler les activités des investisseurs étrangers”, Jean-Denis Crola, Oxfam France.

‘‘En octobre prochain, le Conseil de la Sécurité Alimentaire réunira, pour la première fois depuis sa réforme, les organisations internationales, les Etats et la société civile pour se pencher notamment sur la question des accaparements de terres et faire des propositions sur la réglementation foncière dans les pays du Sud. C’est dans ce cadre – sous l’égide des Nations Unies, qui fait du droit à l’alimentation une priorité – que toutes les initiatives liées à cette question doivent être débattues, y compris le rapport de la Banque mondiale”, Ambroise Mazal, CCFD-Terre solidaire.

Note aux rédactions :
Lire le rapport de la Banque mondiale: Rising global interest in farmland – Can it yield sustainable and equitable benefits?

Contact presse
Véronique de La Martinière 01 44 82 80 64

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Partagez notre histoire
Partagez la vidéo
Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne