© Eric Garault

© Eric Garault

Enterrons l'accord UE-Mercosur

Pour les droits humains et le climat abandonnez l’accord UE-Mercosur !

 

Après 20 ans de négociation, l’accord UE-Mercosur est conclu en juin 2019. Celui-ci vise à libéraliser le commerce entre l’Union Européenne et les pays du Mercosur (Brésil, l’Argentine, le Paraguay et l’Uruguay).

 

Mais cet accord est surtout la promesse du renforcement du secteur de l’agro-industrie, et de menaces pour les défenseurs des droits humains et de l’environnement dans les pays du Mercosur, en l’absence de tout débat public.

 

Vous trouvez cela juste ? Nous non plus !

 

Aux côtés de Greenpeace et de nos partenaires locaux, nous nous mobilisons pour que l’État français cesse d’ignorer les alertes, tant des écologistes que des acteurs du monde agricole, et se retire de cet accord lourd de conséquences pour le climat, la biodiversité et les droits humains.

© Canva

780 millions

de personnes concernées par
les conséquences de cet accord.

40 à 45 Mds

d’euros d’importations et d’exportations,
c’est le volume d’échanges
couverts par cet accord.
© Canva
Photo d’illustration © Canva

L’accord UE-Mercosur est le plus important accord de libre-échange conclu par l’Union européenne.

Avec cet accord, l’Union européenne s’apprête à accorder un chèque en blanc aux multinationales pour faire exploser le commerce transatlantique entre ces deux régions, aux dépens de toute considération sociale et environnementale.

Enfants Madiha © Eric Garault/CCFD-Terre Solidaire

Nos convictions

Alors que la transition de notre modèle économique est plus que jamais nécessaire pour assurer la justice sociale et climatique, cet accord promet d’accroître des dynamiques mortifères.

Mobilisons-nous contre le risque de voir l’accord ratifié par le Conseil de l’Union Européenne ! 

Quelles sont les risques de l’accord UE-Mercosur pour le climat ?

Explosion des quotas de bœuf, de soja destiné à l’alimentation animale et d’éthanol importés, avec un impact direct sur la déforestation.
Levée des droits de douane sur les pesticides vendus par les Européens, pour une utilisation encore plus massive dans les pays du Mercosur.

Quelles sont les risques de l’accord UE-Mercosur pour les droits humains ?

Pression massive sur les territoires autochtones et les écosystèmes dans les pays du Mercosur.
Absence de mécanisme permettant aux populations affectées par les activités des entreprises d’obtenir justice devant les tribunaux.
© Ana Carolina de Lima

Protégeons les forêts, les droits humains et le climat!

 »

Pour s’opposer à cet accord UE-Mercosur dont l’impact sur les forêts, le climat et les droits humains serait désastreux, des actes sont nécessaires. Monsieur le Président Emmanuel Macron, vous devez vous y opposer et vous assurer que cet accord de commerce négocié entre l’Union européenne et le Mercosur soit rejeté par les États membres de l’UE et définitivement enterré.

« 

Soutenez notre Lettre ouverte au Président.

Sur le terrain

Nos partenaires témoignent

Paraguay

 

« De plus en plus de communautés autochtones sont affectées par l’avancée de l’agroindustrie. La situation est particulièrement tendue dans les départements frontaliers avec le Brésil et l’Argentine.

 

C’est une expansion sauvage et très violente, sans les moindres précautions et restrictions. Nous avons toutes les raisons de craindre une aggravation de la situation ». 

 

Guillermo Ortega, Base-IS  

INCUPO © Floriane Louvet

Argentine 

 

« L’Argentine est déjà l’un des plus gros consommateurs de pesticides, une folie sanitaire et environnementale, une irresponsabilité totale. 

 

Et l’accord qui vise à dynamiser les exportations de grains, viande ou éthanol de canne à sucre vers l’Europe, va étendre la frontière agricole et démultiplier la contamination chimique et sanitaire ». 

 

Juan Carlos Figueredo, INCUPO

Au Brésil, soutenir les peuples autochtones

Brésil 

 

« Nous redoutons fort de voir des entreprises européennes concurrencer l’agriculture familiale, qui nourrit le pays. 

 

L’accord va inciter à l’accroissement des productions agricoles destinées à l’exportation (soja, éthanol de canne à sucre, viande bovine). Ces cultures détruisent l’agriculture familiale, génèrent de la déforestation et utilisent massivement les pesticides ». 

 

Maureen Santos, FASE 

Expertise

Nos rapports

Nourrissons le monde de solutions pour combattre la faim
Je découvre Je fais un don